Publié le Laisser un commentaire

Cycle annuel des auditeurs 2020 2021 Education formation territoires – Vie publique.fr

Auteur(s) moral(aux) : Institut des hautes Etudes de l’Education et de la Formation
Date de remise : 8 novembre 2021
Temps de lecture > 30 minutes
Disponible en ligne :
Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.
Alors que la définition des politiques éducatives est longtemps restée l’apanage de l’État dans une tradition jacobine centralisée, la déconcentration puis la décentralisation ont accordé une place accrue aux échelons infranationaux, qu’ils soient politiques ou administratifs. Les administrations intermédiaires déconcentrées sont progressivement devenues de véritables actrices dans la co-construction des politiques éducatives. Elles ont désormais la charge de traduire et d’hybrider les politiques nationales en vue de les adapter à la variété des territoires. La reconnaissance de la diversité des territoires au sein de la République, du fait de leur histoire ou de leur trajectoire, a ainsi conduit à leur octroyer une marge de manoeuvre non négligeable dont se saisissent les acteurs du système éducatif ainsi que les collectivités territoriales.
En parallèle, il convient de souligner le poids inégalement fort des logiques supranationales : le système éducatif français n’est pas imperméable aux modèles étrangers et aux recommandations européennes, voire mondiales.
Ces influences ne sont pas toujours clairement perceptibles, conscientes ou conscientisées. Il n’en reste pas moins que les nouvelles valeurs autour du management, des outils et de l’évaluation contribuent à orienter les réformes nationales, posant ainsi la question de la globalisation des politiques d’éducation. Ces dernières sont donc modelées aux échelles locale et nationale ; cette articulation pouvant parfois donner lieu à des tensions dans la mise en oeuvre des prescriptions. En effet, au sein d’un territoire, les enjeux de réussite des apprenants (élèves, étudiants et alternants) dépendent d’une synergie collective des différents acteurs qui ont souvent une perception limitée de cet emboîtement d’échelles politique et fonctionnelle, du fait de la place qu’ils occupent au sein du système. Alors que le territoire vécu constitue l’élément de référence pour l’élève et l’étudiant, cette dimension semble cristalliser les difficultés à l’origine des ruptures de parcours.

Les auditeurs se sont demandé comment le territoire vécu pouvait être pris davantage en considération. Ils ont dégagé des étonnements communs, déclinés en trois parties :
Tour de France des auditeurs
Introduction générale

1.1 Quelles finalités pour les politiques éducatives ?
Étonnement 1 – Ambition et réussite : une culture dominante et urbaine
Étonnement 2 – Équité territoriale : une efficience diverse dans les lieux observés
Étonnement 3 – Égalité des chances : l’offre de formation de proximité présentée comme la solution
Étonnement 4 – Éducation à la mobilité : un enseignement encore trop marginal

1.2 Mise en oeuvre des politiques éducatives entre local et national
Étonnement 5 – L’échelon national toujours très présent en dépit du renforcement du rôle des académies
Étonnement 6 – Des limites observées de la politique éducative au collège
Étonnement 7 – L’appropriation de l’autonomie par les EPLE en questionnement
Étonnement 8 – Les CMQ, des relations avec les entreprises à consolider davantage

1.3 Politiques éducatives et enjeux de valorisation territoriale
Étonnement 9 – La labellisation : généralisation d’une politique performative
Étonnement 10 – Les effets indirects du « New Public Management »
Étonnement 11 – Des clivages résistants aux actions de mutualisation
Étonnement 12 – Les politiques éducatives : des outils d’aménagement et de valorisation du territoire
2.1 Les enjeux territoriaux de la gouvernance
Étonnement 13 – La gouvernance : une notion polysémique et en perpétuelle évolution
Étonnement 14 – La gouvernance : une tension entre échelons national et local
Étonnement 15 – La gouvernance : une mosaïque d’acteurs aux intérêts divers
Étonnement 16 – L’homogénéité des politiques éducatives face à l’émergence d’échelles multiples de gouvernance
Étonnement 17 – Une géopolitique des acteurs en pleine mutation : vers un nouveau modèle d’organisation et d’interactions
Étonnement 18 – Une tension entre verticalité et horizontalité
Étonnement 19 – Le pilotage entre promesse d’autonomie locale et sentiment de liberté encadrée

2.2 Impact des pilotages sur le rôle et le poids des différents acteurs
Étonnement 20 – L’acteur local pivot des politiques éducatives
Étonnement 21 – La réorganisation territoriale : l’émergence de nouveaux acteurs dans un écosystème redéfini
Étonnement 22 – Valoriser les talents et parcours des acteurs
Étonnement 23 – L’autonomie à l’échelle locale ou la délicate question du bon degré de pilotage

2.3 Évaluer les actions au regard des valeurs des acteurs et du sens de l’École républicaine
Étonnement 24 – Piloter efficacement : une nécessaire culture de l’évaluation
Étonnement 25 – L’importance du sens pour faire face à l’usure des acteurs
Étonnement 26 – Une vision centrale trop peu partagée par l’ensemble des acteurs
3.1 Identités et territoires : quelle éducation ? Quelles formations ?
Étonnement 27 – La démarche systématique de catégorisation des territoires
Étonnement 28 – Le discours sur la relation entre l’École et les identités
Étonnement 29 – La mobilité, un paramètre à la marge pour beaucoup d’élèves, d’étudiants, de personnels
Étonnement 30 – Enseigner sans prendre en compte les spécificités du territoire, une opportunité manquée
Étonnement 31 – L’ancrage au sein des territoires, une force et une faiblesse du parcours professionnel

3.2 Identifier les besoins des territoires en ressources humaines tout comme les besoins des ressources humaines sur les territoires
Étonnement 32 – La difficulté à identifier et à prendre en compte collectivement les besoins d’un territoire
Étonnement 33 – L’identification partielle des compétences des personnels en tant que ressource pour les territoires
Étonnement 34 – Le défi de rendre certains territoires attractifs de façon durable
Étonnement 35 – Des solutions limitées pour faire coexister ancrage territorial et évolution professionnelle
Étonnement 36 – Une agilité encore à développer par les ministères dans la gestion des compétences professionnelles de leurs personnels

3.3 Accompagner dans l’espace et dans le temps les parcours de formation et les identités : un défi humaniste majeur pour le service public d’éducation au XXIe siècle
Étonnement 37 – La prise en compte insuffisante des inégalités liées à l’éloignement
Étonnement 38 – Un accompagnement encore à renforcer pour les élèves fragilisés par un parcours non-linéaire
Étonnement 39 – Une offre de formation via les campus connectés encore limitée dans la réalité
Étonnement 40 – Une lisibilité partagée des compétences professionnelles à renforcer
Étonnement 41 – Une politique de formation continue des personnels inaboutie
Étonnement 42 – L’insuffisante articulation entre l’élaboration des stratégies territoriales et les connaissances et compétences des personnels d’encadrement

Conclusion Générale
Glossaire
Annexes
Remerciements

Type de document : Rapport d’étude
Pagination : 80 pages
Édité par : Institut des hautes études de l’éducation et de la formation
Collection :
mots-clés :
Auteur(s) : Jean Debeaupuis Geneviève Gueydan Christophe Hémous Frédéric Lavenir Philippe Vinçon Inspection générale des Affaires sociales
Date de remise : 8 novembre 2021
Auteur(s) : Sonia de La Provôté Sylvie Robert Sénat. Commission de la culture, de l'éducation et de la communication
Date de remise : 3 novembre 2021
Auteur(s) : Jérôme Dietenhoeffer Jérôme Goellner Pascal Hornung Patrick Lambert Yves Majchrzak Conseil général de l'Environnement et du Développement durable
Date de remise : 29 octobre 2021
Nous suivre

source

Publié le Laisser un commentaire

Moissac. La MFR envoie des élèves en stage de formation en Estonie – ladepeche.fr

l’essentiel C’est un stage de trois semaines que des élèves de la maison familiale rurale de Moissac ont effectué dans un des plus grands centres commerciaux à Tallinn.
Douze élèves des classes de première "Métiers du commerce et de la vente en produits alimentaires et boissons" de la MFR de Moissac (maison familiale rurale) viennent d’avoir la chance de réaliser un stage de trois semaines en Estonie, à Tallinn. Ce stage, financé en partie par les bourses Erasmus, a permis à ces jeunes de travailler dans un des plus grands centres commerciaux du pays. Six formateurs et parents d’élèves ont accompagné ces jeunes, Fatima Achaboun, Joseph Batista et Philippe Garcia comme membres du conseil d’administration et Olivier Lefrançois, Maxime Berguit et Ala Servant comme formateurs.
Le directeur de la MFR, Sébastien Manac’h, en a profité pour réaliser des rencontres partenariales auprès de l’institut français, de l’ambassade, des lycées locaux et une autre chaîne de magasins.
Cette réalisation a été présentée aux parents et aux administrateurs de la MFR, la soirée s’est terminée par un repas estonien convivial préparé par les élèves.
Après un film qui a retracé le séjour à Tallinn, le stage des élèves, les paysages estoniens, quelques élèves dont Baptiste, Alexis, Mélissa, ont donné leurs impressions sur ce qu’ils ont appris et vécu.
"L’Estonie, disent-ils, est un pays jeune qui a seulement 40 ans d’existence. Pour ce qui est de la langue, beaucoup de gens parlent anglais. Cela a permis d’améliorer le nôtre (rires). Nous avons appris l’histoire du pays, visité des musées, vu des monuments. Mais nous avons aussi et surtout travaillé dans un grand magasin. Les coutumes commerciales sont totalement différentes des nôtres. Les clients n’ont pas les mêmes habitudes que chez nous. Nous y avons appris l’autonomie de circulation en nous rendant seuls, avec le bus, sur le lieu de notre stage".
Chacun a une vue particulière sur son stage. Baptiste a été frappé par les habitudes commerciales des gens, Alexis a trouvé la température déjà bien basse tandis que Mélissa a été séduite par les paysages.
De toutes ces rencontres vont naître, en novembre d’autres mobilités avec les terminales et un projet "L’Ecole des Parents". Il réunira un lycée de Tallinn, une école allemande de Stuttgart et la MFR de Moissac. Ce projet sera copilote par Fatima Alaboun, administratrice et mère d’un ancien élève ainsi que par Ana Servant, responsable du bac pro "métiers du commerce et de la vente".
La MFR bouge et s’ouvre vers d’autres pays d’Europe. Ce ne peut être que profitable pour les élèves qui bénéficieront de ces expériences et en tireront des atouts utiles dans la formation que la MFR leur donne. Cela prouve aussi combien la formation par alternance apporte à celle qu’ils reçoivent déjà.
69000 €
Centre-ville historique, maison de ville composée au rdc d'un séjour avec c[…]
675000 €
Cette imposante propriété chargée d'histoire, la tour date du 15ème siècle,[…]
39000 €
Secteur recherché, proche école,venez découvrir ce terrain viabilisé de 134[…]
J’ai déjà un compte
Je n’ai pas de compte
Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

source

Publié le Laisser un commentaire

LeadOn : l'organisme de formation à destination des élus – Le Figaro

Rubriques et services du Figaro

Rubriques et services du Figaro
Nos journaux et magazines
Les sites du Groupe Figaro
Entre les budgets restreints, les réglementations complexes et des élus de moins en moins aguerris, la gouvernance publique tend à être un enjeu de taille pour les collectivités territoriales. LeadOn, organisme de formation pour les élus, s’appuie sur l’innovation pour leur fournir des clés du succès.
Réel enjeu pour les collectivités territoriales, la gouvernance publique est exposée à des difficultés perpétuelles. En effet, parler de gouvernance, c’est inévitablement mettre le doigt sur des budgets contraints et des lois complexes en constante mouvance. De quoi complexifier la tâche des élus, qui manquent souvent d’expertise sur ces sujets. Outre ces confusions, on relève en parallèle des enjeux fondamentaux qui ont un impact sur la vie des particuliers :
Loin de n’être que des détails, ces enjeux doivent s’implanter dans les consciences en vue de protéger les générations futures. Former les élus sur ces questions, les accompagner et pérenniser leur gouvernance s’imposent comme un vrai levier de différenciation.
LeadOn a été créé avec une ambition, celle d’accompagner un élu tout au long de son mandat, qu’il soit en majorité ou en opposition. Cet organisme de formation aspire à donner du sens à son travail et à son engagement, à découvrir sa pleine puissance et à savoir ce qu’il incarne. Dans cette optique, LeadOn a construit son offre autour du coaching et de l’accompagnement sur mesure. Plus concrètement, l’idée est d’offrir à un élu des clés et leviers concrets pour réussir sa gouvernance.
LeadOn a imaginé des formations reposant sur une pléthore de thématiques. Campagnes municipales, bases d’un nouveau mandat, développement personnel, cohésion d’équipe, démocratie participative ou encore logiciels informatiques, l’idée est de pallier l’ensemble des manquements d’un élu par le biais d’un parcours sur mesure. Cette co-construction permet de créer de la valeur ajoutée et de répondre à des objectifs inhérents à un contexte local spécifique.
Autant sur le fond que sur la forme, les solutions imaginées par LeadOn s’inscrivent ainsi dans un accompagnement complet et personnalisé. Le rôle accordé à l’innovation n’est pas anecdotique, mais permet à l’élu de s’épanouir et de redonner du sens à ses responsabilités. Pour y parvenir, LeadOn s’appuie sur l’innovation pour fournir des solutions créatives et adaptées aux besoins de chaque élu :
La richesse de l’offre LeadOn provient avant tout de son équipe éclectique d’experts qualifiée sur les questions politiques. Equicoaching en est la parfaite démonstration. Développer son leadership et son management au travers du cheval et de son allure. Être rapide et réactif, avancer dans le sens que l’on souhaite, préserver une énergie positive, LeadOn prône cette image dans son approche. Le coaching apporté aux élus permet ainsi de construire une gouvernance efficace et un leadership assumé et clair. Grâce à un certificat de gouvernance publique développé en partenariat avec l’IFGP, ces derniers ont l’opportunité de valider leurs compétences et d’acquérir des bases solides pour la gouvernance de leur collectivité.
Agréé par le ministère de l’Intérieur et certifié Datadock, LeadOn se réinvente en permanence pour rester en phase avec les enjeux et problématiques de l’époque. Avec l’annulation du Salon des Maires en 2020 pour cause de Covid-19, l’organisme de formation a proposé un Off du salon des maires, une version entièrement digitalisée en direct et en replay qui propose des formations, débats, témoignages et interviews pour aider les élus. LeadOn redonne une chance à son événement cette année. Les 16 et 17 novembre 2021, le salon donnera la voix aux élus dans le cadre d’une grande soirée débat sur le thème de la place des élus dans la République.
LeadOn : l’organisme de formation à destination des élus
Partager via :
Le Figaro
Les articles en illimité à partir d'1€ sans engagement

source

Publié le Laisser un commentaire

Instagram va proposer une formation pour devenir influenceur – Nice-Matin

22°C
Podcasts
Vidéo
Journal
Newsletter
Envie de faire carrière comme influenceur et de taper dans l'oeil d'une grande marque? Instagram propose pour la première fois en France une formation pour ses utilisateurs les plus désireux d'en "faire leur métier".
Conférences, rencontres avec des agences d’influenceurs ou « speed datings avec des marques » sont au programme du « creative campus », qui se tient jusqu’à dimanche à Paris.
Couleurs chatoyantes, néons pastels, écrans tout azimut…: tout est pensé pour faire de l’ancienne caserne du Xème arrondissement un paradis « instagrammable ».
L’événement est consacré aux « personnes créatives » qui ont « envie d’apprendre et de connaître la plateforme », explique Guillaume Thevenin, responsable des partenariats chez Instagram.
Invitées ou sélectionnées après l’envoi d’un ‘reel’ (une vidéo courte diffusée sur Instagram), ces influenceurs débutants peuvent ainsi perfectionner leurs échanges avec les médias ou apprendre à fabriquer des court-métrages.
Mais surtout, bénéficier de conseils pour tirer des revenus de leur production, en créant des partenariats avec des marques, « source principale de monétisation pour les influenceurs ».
« On doit vendre un produit qu’on n’a pas?« , s’interroge Wissam Malki, 25 ans, lors d’un atelier de « merchandising » (technique d’optimisation de vente).
Ex-étudiante de droit, elle a pris « une année sabbatique » pour « développer (s)on potentiel » et percer dans le mannequinat, via les réseaux sociaux, en se faisant repérer par des marques.
Un espoir nourri par la présence d’une vingtaine d’enseignes et organismes sur le campus, comme Coca-Cola, Pepsi, Aigle et L’Oréal.
Présentes aux « speed datings », ces marques expliquent leurs enjeux et sont attentives à l’émergence de nouveaux talents.
« On aime beaucoup les gens créatifs », sourit le représentant d’une grande marque, qui requiert l’anonymat. Les influenceurs permettent de parler « le bon langage » aux « audiences les plus jeunes« , explique-t-il, et d’assurer ainsi une meilleure visibilité de la publicité, car autrement « les gens zappent ».
Certains petits prodiges, mis en avant par Instagram, comme Ahmet Furkan Kay, alias Fukay, 770.000 abonnés au compteur, réussissent même à vivre de ces partenariats.
Tout sourire, le Belge de 24 ans propose des « pranks » et des « challenges » (canulars et défis) et réussit à en vivre depuis « un an, un an et demi ».
S’il déclare aujourd’hui, dans un éclat de rire, gagner « entre un euro le mois et trois milliards », il assure qu’il y a trois ans, à ses débuts, il ignorait « qu’il y avait un euro à prendre sur ces plateformes ».
« Je n’avais pas le même discours il y a cinq ans« , renchérit William Carnimolla, 41 ans, ex-animateur de télévision sur M6, mannequin et styliste, présent sur le campus.
« Mais maintenant, je pense qu’on peut créer quelque chose de A à Z avec Instagram et gagner de l’argent« , avance-t-il. Mais de prévenir: « c’est possible, mais c’est un vrai métier ».
« C’est beaucoup, beaucoup, de travail« , insiste d’ailleurs Sophie Tran, 29 ans, qui a fait fleurir son business « Lyon can do it » sur Instagram.
Son compte, qui met en valeur des créateurs et des événements, lui a permis en quatre ans d’avoir « un corner aux Galeries Lafayettes » et de publier « un city guide« , s’enthousiasme-t-elle.
Son parcours, comme celui d’Ahmet, suscite des vocations. Selon une étude YouGov commandée par Instagram et réalisée auprès de 1.010 jeunes en novembre 2021, plus de la moitié des 18-34 ans estiment que l’influence sur les réseaux est un métier d’avenir.
Mais la témérité ne suffit pas : il faut arriver à se démarquer et avoir une dose de chance. « Sur tous les gens qui sont présents aujourd’hui, il n’y en a peut-être que deux ou trois qui vont réussir« , admet William Carnimolla.
Et à quel prix ? La question des revenus, bien que centrale, reste floue. « Si c’est leur métier, il faut qu’ils puissent monétiser« , défend Guillaume Thevenin.
Instagram travaille donc afin d’assurer aux créateurs professionnels de contenu de nouveaux leviers de financement. La plateforme expérimente ainsi « aux États-Unis, au Royaume-Uni et maintenant en France » un système d’abonnements payants.
“Rhôooooooooo!”
Vous utilisez un AdBlock?! 🙂
Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.
Et nous, on s’engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

source

Publié le Laisser un commentaire

Femme engagée : S. Khaldoun- Belhadj – L'Indépendant

"Si on n’aime pas l’humain, alors ça ne sert à rien de faire ce métier", sourit Salima Khaldoun Belhadj. Cette native de Tiflet, une petite ville à côté de Rabat, au Maroc, est arrivée à Carcassonne à l’âge de rentrer en école primaire. Elle rêve d’être aide soignante mais sa famille ne peut financer la formation, alors elle suit des études dans l’hôtellerie et la restauration. Un jour, elle s’inscrit à une courte formation sur "la découverte du métier d’auxiliaire de vie", réalise son stage à la maison de retraite de Bram et est aussitôt embauchée. Elle intègre ensuite le CFPM (Centre de formation professionnelle du Midi) de Limoux pour une formation diplômante de six mois pour devenir assistante de vie à la personne. Elle exercera la profession en structure pendant presque dix ans (à Cahuzac et Villefranche-de-Lauragais entre autres) jusqu’à se tourner vers le domicile. "Depuis deux ans je travaille pour le centre communal d’action sociale de Castelnaudary", indique celle qui réalise en parallèle une validation d’acquis de l’expérience "pour être un peu plus diplômée et avoir un peu plus de reconnaissance salariale". Être auxiliaire de vie est une vocation chez Salima, "je n’aurais pas fait autre chose. Il faut avoir beaucoup de patience pour faire ce métier, avoir un très bon relationnel, être ouvert d’esprit. Être tolérant, dans le non-jugement, le respect et la discrétion. Je trouve qu’on fait un métier essentiel, on s’occupe de nos aînés, de personnes en situation de handicap, heureusement qu’on est là et les bénéficiaires nous le disent tous les jours. C’est cette reconnaissance, moi, honnêtement, qui me motive quand je me lève". Pour un secteur où le recrutement est difficile, Salima appuie : "Faut aimer le relationnel et accompagner les gens. Puis les anciens m’apprennent plein de choses. Il faut apporter de la joie de vivre, des fois les gens ne voient que nous. Nous sommes là aussi pour apporter un peu de gaîeté au quotidien".
249000 €
Nouveauté, 10' de Castelnaudary, votre agence Keller Williams Saint-Georges[…]
742000 €
Rare. Domaine agricole comprenant des bâtiments d'habitation et d'exploitat[…]
74900 €
Nouveauté, secteur Castelnaudary (15 minutes), belle parcelle à bâtir entiè[…]
J’ai déjà un compte
Je n’ai pas de compte
Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

source

Publié le Laisser un commentaire

Formation professionnelle: la réforme qui a fait "pschitt" et celle qui marche – Challenges.fr

Challenges Emploi Formation
Abonnés
TRIBUNE – Alors que la ministre du Travail, Elisabeth Borne, tire le 28 octobre le bilan de l’application mobile « Mon compte formation », lancée il y a deux ans, l’économiste Pierre Cahuc salue le succès de cette réforme qui a permis la validation de plus de deux millions de formations. En revanche, le dispositif d’aide à la reconversion professionnelle collectif est un flop.
L’économiste Pierre Cahuc salue le succès de la réforme de la formation professionnelle qui a permis la validation de plus de deux millions de formations.
C’est un enjeu crucial: accompagner les salariés qui perdent leur travail à cause du progrès technique. Pour répondre à cette épineuse problématique, les partenaires sociaux et le gouvernement ont lancé en grande pompe, en janvier dernier, le dispositif de reconversion professionnelle collectif, "Transco". Son principe: permettre aux employeurs d’anticiper les mutations économiques de leur secteur et aux salariés d’être accompagnés pour se reconvertir de manière sereine en conservant leur contrat de travail. L’Etat prend en charge pendant deux ans 100% de la rémunération et du coût d’une formation pour les TPE PME, 70% pour les entreprises de 100 à 300 salariés et 40% pour celles de plus de 1.000 employés. Pour un budget global conséquent: 500 millions d’euros.
Las, dix mois après son démarrage, la mesure a fait "pschitt"… Seuls 71 dossiers ont été déposés, dont une quarantaine concernant des salariés de deux entreprises, Monoprix et Derichebourg. Il faut dire que le dispositif était un véritable parcours du combattant pour les entreprises. Pour candidater, il fallait conclure un accord de "gestion des emplois et des parcours professionnels" avec les représentants du personnel afin d’établir une liste d’emplois fragilisés, le transmettre à la direction régionale en charge de l’emploi et déposer un dossier à une commission paritaire

Pour relancer le dispositif "Transco", le gouvernement a décidé en septembre de remplacer l’obligation de signer un accord par la consultation du Comité social et économique. Il l’a aussi ouvert au financement des reconversions dans le cadre des ruptures conventionnelles collectives. C’est une bonne nouvelle. Mais il est vraisemblable que ce type de dispositif, qui repose sur le principe selon lequel les employeurs et les représentants du personnel peuvent prévoir d’un commun accord les besoins en main-d’œuvre sur un horizon de plusieurs mois, voire de plusieurs années, ne peut jouer qu’un rôle marginal, réservé à quelques très grandes entreprises. Pour la plupart d’entre elles, l’incertitude est bien trop grande pour s’engager sur des tels horizons.
Les perspectives du compte personnel de formation (CPF) relancé par la grande réforme de 2018 de la formation professionnelle sont sans doute plus prometteuses. Son application pour smartphone met directement en relation le salarié avec les opérateurs de formation. Chacun peut utiliser ses crédits, désormais en euros et non plus en heure, pour se former. Et ça marche: en 18 mois plus de deux millions de formations ont été validées et 21.000 organismes de formation ont été certifiés. Mieux, les salariés peu qualifiés se sont emparés de cet outil.
Surtout, cette application offre de nouvelles possibilités pour améliorer l’accompagnement des demandeurs d’emploi en leur permettant de consulter les formations disponibles dans un bassin d’emploi tout comme les métiers en tension qui recrutent et accéder directement aux offres d’emploi. A l’avenir, les demandeurs d’emploi pourraient l’utiliser pour choisir les prestataires qui les accompagneraient vers l’emploi, ce qui désengorgerait le service public de l’emploi et améliorerait les appariements entre l’offre et la demande de travail. L’un des maux français.
Par Pierre Cahuc, professeur d'économie à Sciences Po Paris

En cliquant sur « je m’abonne », vous acceptez que Challenges utilise votre adresse email dans le but de vous adresser ses newsletters. Vous affirmez avoir pris connaissance de nos Conditions générales d’utilisation, et de notre Politique de confidentialité qui vous informe des modalités de traitement de vos données, ainsi que des moyens d’exercer vos droits sur ces données. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription ou en nous contactant à l’adresse dpo@challenges.fr
En cliquant sur « je m’abonne », vous acceptez que Challenges utilise votre adresse email dans le but de vous adresser ses newsletters. Vous affirmez avoir pris connaissance de nos Conditions générales d’utilisation, et de notre Politique de confidentialité qui vous informe des modalités de traitement de vos données, ainsi que des moyens d’exercer vos droits sur ces données. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription ou en nous contactant à l’adresse dpo@challenges.fr
Centre de préférence
de vos alertes infos
Vos préférences ont bien été enregistrées.
Si vous souhaitez modifier vos centres d’intérêt, vous pouvez à tout moment cliquer sur le lien Notifications, présent en pied de toutes les pages du site.
Vous vous êtes inscrit pour recevoir l’actualité en direct, qu’est-ce qui vous intéresse?
Je souhaite recevoir uniquement les alertes infos parmi les thématiques suivantes :

source

Publié le Laisser un commentaire

Revenus, prix et marge brute du marché Formation professionnelle et conseils de carrière 2021 : production-consommation par régions, principaux acteurs et croissance d’ici 2026 – www.thetfordactu.com


Le rapport sur le marché mondial de Formation professionnelle et conseils de carrière identifie la dynamique actuelle du marché, la définition, le potentiel et la portée du marché grâce à des recherches et des analyses approfondies effectuées par des experts. Le rapport sur le marché Formation professionnelle et conseils de carrière comprend une évaluation complète de diverses stratégies telles que les fusions et acquisitions, le développement de produits et la recherche et développement adoptées par les principaux leaders du marché pour rester sur le marché mondial.
Obtenez un exemple de copie du rapport sur – www.industryresearch.co/enquiry/request-sample/19218845
Compte tenu de l’influence de COVID-19 sur le marché mondial du Formation professionnelle et conseils de carrière, ce rapport a analysé l’impact d’un point de vue mondial et régional. De la fin de la production à la fin de la consommation dans des régions telles que l’Amérique du Nord, l’Europe, la Chine et le Japon, le rapport met l’accent sur l’analyse du marché sous COVID-19 et la politique de réponse correspondante dans différentes régions.
Les principaux acteurs du marché Formation professionnelle et conseils de carrière sont :
-Quest Systems
-Pluralsight Inc.
-Tucareers
-Tutelage
-Cornerstone OnDemand Inc.
-Momentsinbox Eduventures
-Collegepond
-AcmeCareers
-3RDiConsulting
-Brainwonders
-NIIT Ltd.
-City & Guild Group.
-Brain Checker
-Merittude
-GP Strategies Corporation
Pour comprendre comment l’impact de Covid-19 est couvert dans ce rapport – www.industryresearch.co/enquiry/request-covid19/19218845
Les types les plus importants couverts dans le rapport sur le marché Formation professionnelle et conseils de carrière sont :
-Formation professionnelle
-L’orientation professionnelle
Les applications les plus importantes couvertes par le rapport sur le marché Formation professionnelle et conseils de carrière sont :
-En ligne
-Hors ligne
Le rapport étudie principalement la taille, les tendances récentes et l’état de développement du marché Formation professionnelle et conseils de carrière, ainsi que les opportunités d’investissement, la politique gouvernementale, la dynamique du marché (moteurs, contraintes, opportunités), la chaîne d’approvisionnement et le paysage concurrentiel. L’innovation et les progrès technologiques optimiseront davantage les performances du produit, le rendant plus largement utilisé dans les applications en aval. De plus, l’analyse des cinq forces de Porter (entrants potentiels, fournisseurs, substituts, acheteurs, concurrents de l’industrie) fournit des informations cruciales pour connaître le marché Formation professionnelle et conseils de carrière. nous partageons nos perspectives sur l’impact de COVID-19 à long et à court terme.
• nous assurons l’influence de la crise sur la chaîne industrielle, notamment pour les circuits de commercialisation.
• nous mettons à jour en temps opportun le plan de revitalisation économique de l’industrie du gouvernement national.
Que propose le rapport sur le marché mondial Formation professionnelle et conseils de carrière ?
• Fournit un profilage stratégique des principaux acteurs du marché Formation professionnelle et conseils de carrière.
• Dessiner un paysage concurrentiel pour l’industrie mondiale Formation professionnelle et conseils de carrière.
• Décrit des informations sur les facteurs affectant la croissance du marché Formation professionnelle et conseils de carrière.
• Analyser la part de l’industrie Formation professionnelle et conseils de carrière en fonction de divers facteurs – analyse des prix, analyse de la chaîne d’approvisionnement, etc.
• Analyse approfondie de la structure de l’industrie ainsi que des prévisions de marché Formation professionnelle et conseils de carrière 2021-2026.
• Analyse granulaire par rapport à la taille actuelle de l’industrie Formation professionnelle et conseils de carrière et aux perspectives d’avenir.
Renseignez-vous ou partagez vos questions le cas échéant avant l’achat de ce rapport – www.industryresearch.co/enquiry/pre-order-enquiry/19218845
Segmentation régionale :
• Pays d’Amérique du Nord (États-Unis, Canada)
• Amérique du Sud
• Pays d’Asie (Chine, Japon, Inde, Corée)
• Pays d’Europe (Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie)
• Autre pays (Moyen-Orient, Afrique, CCG)
Certaines questions traitées dans le rapport sont :
• Quelle sera la taille du marché et le taux de croissance en 2026 ?
• Quels sont les facteurs clés qui animent le marché mondial Formation professionnelle et conseils de carrière?
• Quelles sont les principales tendances du marché ayant un impact sur la croissance du marché mondial Formation professionnelle et conseils de carrière ?
• Quels sont les défis de la croissance du marché?
• Qui sont les principaux fournisseurs du marché Formation professionnelle et conseils de carrière mondial ?
• Quelles sont les opportunités de marché et les menaces auxquelles sont confrontés les fournisseurs sur le marché mondial Formation professionnelle et conseils de carrière?
• Facteurs de tendance influençant les parts de marché des Amériques, de l’APAC, de l’Europe et de la MEA.
• Quels sont les principaux résultats de l’analyse des cinq forces du marché Formation professionnelle et conseils de carrière mondial ?
Achetez ce rapport (Prix $3000 (Three Thousand USD) pour une licence à utilisateur unique) – www.industryresearch.co/purchase/19218845
Table des matières détaillée du rapport de prévision du marché Formation professionnelle et conseils de carrière 2021-2026 :
1 Formation professionnelle et conseils de carrière Introduction et aperçu du marché
1.1 Objectifs de l’étude
1.2 Présentation de Formation professionnelle et conseils de carrière
1.3 Portée du marché Formation professionnelle et conseils de carrière et estimation de la taille du marché
1.4 Segmentation du marché par types, applications et régions
1.5 Dynamique du marché (tendances, moteurs, défis et contraintes)
1.6 Actualités et politiques de l’industrie par régions
1.7 Fusions & Acquisitions, Plans d’Expansion
1.8 Tendances de développement de l’industrie Formation professionnelle et conseils de carrière sous l’épidémie de COVID-19
2 Analyse de la chaîne industrielle
2.1 Analyse de l’offre et de la demande de matières premières en amont
2.2 Principaux acteurs de Formation professionnelle et conseils de carrière
2.3 Analyse de la structure des coûts de fabrication Formation professionnelle et conseils de carrière
2.4 Analyse des canaux de marché de Formation professionnelle et conseils de carrière
2.5 Principaux clients en aval par application
3 Marché mondial Formation professionnelle et conseils de carrière, par type
3.1 Revenus mondiaux de Formation professionnelle et conseils de carrière et part de marché par type (2016-2021)
3.2 Production mondiale de Formation professionnelle et conseils de carrière et part de marché par type (2016-2021)
3.3 Revenus mondiaux de Formation professionnelle et conseils de carrière et taux de croissance par type (2016-2021)
3.4 Analyse globale des prix Formation professionnelle et conseils de carrière par type (2016-2021)
4 Marché Formation professionnelle et conseils de carrière, par application
4.1 Aperçu du marché en aval
4.2 Consommation mondiale de Formation professionnelle et conseils de carrière et part de marché par application (2016-2021)
4.3 Consommation mondiale de Formation professionnelle et conseils de carrière et taux de croissance par application (2016-2021)
Pour la table des matières détaillée – www.industryresearch.co/TOC/19218845,TOC
Copyright 2021 | MH Newsdesk lite by MH Themes

source