Publié le Laisser un commentaire

Lawmakers panel miffed at the Facebook India team – this is why – Techradar

TechRadar is supported by its audience. When you purchase through links on our site, we may earn an affiliate commission. Learn more
By Balakumar K last updated
Social media platform officials grilled
A panel of Indian lawmakers studying the information and technology industry in the country is far from happy over Facebook’s responses on preventing hate mongering. The Parliamentary committee that questioned Facebook India officials on Monday as part of its hearing,  sought safeguards on the platform to prevent polarization and any possible tampering of the country’s democratic process.
Further, the panel of Indian law-makers also decided to summon the Facebook whistleblower Sophie Zhang, the data scientist who published a memo detailing the way Facebook was used to influence global politics. She had specifically spoken about how the platform was allowed to be used for polarisation of opinions during the 2020 Delhi riots.
The panel will need Lok Sabha Speaker Om Birla’s permission to summon Zhang as  overseas citizens cannot be directly called to appear before such panels. Zhang had shared dossiers with the Parliamentary panel led by Congress leader Shashi Tharoor.
Yesterday, when the House panel quizzed the Facebook India team that was led by its head of policy Shivnath Thukral, the mood was said to be fiery. The Facebook officials were grilled for close to two hours based on whistleblower revelations and many reports that laid bare the ways that social media platforms to look away while opinions were allowed to be polarised among the people and also interests of specific business groups were furthered.  
At the end of the over-100 minute long questioning session, the parliamentary panel members were reportedly not satisfied with the response of the Facebook team that is said to have dead-batted most questions. The panel members have asked Facebook to provide more details in writing on the safeguards they talked about.
Facebook officials also reportedly claimed that there was little truth to the claims of the whistleblowers, and that an internal investigation was underway in the matter.
The parliamentary panel asked Facebook about its methodology to curb hate speech in different languages, especially in the Indian context. Facebook apparently has content reviewers only in Hindi, Tamil, Urdu and Bangla, whereas the are 18 more languages recognized by the Constitution. 
Another incongruity, though not a major one, is that the press communique issued by the Parliament, on which we based this report, continued to refer the company as Facebook India even though the company is now rechristened to Meta. It is not clear why the previous name is still being persisted with in Indian records. 
Over three decades as a journalist covering current affairs, politics, sports and now technology. Former Editor of News Today, writer of humour columns across publications and a hardcore cricket and cinema enthusiast. He writes about technology trends and suggest movies and shows to watch on OTT platforms. 
Get the best TechRadar India deals, reviews, product advice, competitions, unmissable tech news and more!
Thank you for signing up to . You will receive a verification email shortly.
There was a problem. Please refresh the page and try again.
TechRadar is part of Future plc, an international media group and leading digital publisher. Visit our corporate site.
© Future Publishing Limited Quay House, The Ambury, Bath BA1 1UA. All rights reserved. England and Wales company registration number 2008885.

source

Publié le Laisser un commentaire

La formation en entreprise, levier d'insertion professionnelle – Revue Passages

Formation en entreprise
EDF a lancé, en octobre dernier, une consultation auprès de l’ensemble de ses équipes, afin de « recueillir leurs expériences » à l’issue des multiples formations proposées par l’électricien. Une piste à suivre, pour l’ensemble des employeurs, alors que la formation en entreprise est perçue comme un vecteur de mobilité et d’insertion professionnelles.
Depuis quelques semaines, le mot d’ordre, parmi les membres de la majorité, est de répéter un peu partout que la France va mieux, après les confinements et mesures sanitaires à répétition. L’un des chiffres avancés, pour illustrer cette remise en forme ? Celui du chômage, qui a retrouvé son niveau d’avant-crise des subprimes, pour s’établir à 8 % de la population active au deuxième trimestre 2021 selon l’INSEE. Oui mais voilà : à trop vouloir se contenter de cette baisse — salutaire, certes —, il ne s’agirait pas d’oublier que le chômage, toujours, est bien présent. Et c’est un problème… dont la solution, en partie, existe.
Récemment, à Lannion (Côte-d’Armor), le géant finlandais des télécoms Nokia s’était engagé à créer 97 postes — après en avoir supprimé plus de 400 l’an dernier. Problème : l’entreprise, qui ne peut compter aujourd’hui que sur 22 ingénieurs, peine à recruter, faute de trouver les compétences qu’elle recherche. Dès lors, lutter de manière efficace et structurelle contre le chômage — ce que tous les gouvernements, depuis trois décennies, cherchent à faire —, ne passerait-il pas par une amélioration préalable de l’offre de formation, visant à réduire l’écart entre les besoins des entreprises et les compétences des candidats ?
Il faut, ici, rendre à César ce qui lui appartient. Oui, le gouvernement avance volontiers que les chiffres du chômage sont bons, alors qu’il s’établit encore à 8 %. Mais reconnaissons tout de même qu’il emprunte la bonne voie, lorsqu’il lance un plan (« Plan pour réduire les tensions de recrutement ») doté de 1,5 milliard d’euros afin de lutter contre l’inactivité de longue durée — et que ce plan fait la part belle à l’investissement dans les compétences, donc la formation des demandeurs d’emploi. Avec des modules différents, selon que l’on est chômeur de longue ou de très longue durée, l’exécutif, qui encourage les formations en situation de travail, va jusqu’à promettre « le plus souvent » une promesse d’embauche à l’issue de la formation.
Ouf de soulagement, chez une bonne partie des économistes, qui commençaient de désespérer devant le louvoiement des gouvernements successifs. Car comme le rappelle par exemple Olivier Babeau dans une tribune aux Echos, « le chômage structurel dont souffre la France ne date pas de la pandémie : en vingt-cinq ans, la proportion de demandeurs d’emplois inscrits depuis plus d’un an est passée de 35 % à 50 % », renseigne-t-il, tout en notant que « le taux de chômage des non diplômés est six fois plus important que celui des titulaires d’un bac+5 ». D’où l’importance — et la bonne nouvelle — du renforcement de la formation afin de lutter contre le chômage de long terme.
L’économiste de mentionner, également, les soft skills, ces « savoir-être » (comportementaux, relationnels, etc.) de plus en plus plébiscités au sein des entreprises, sur lesquels le plan gouvernemental est plutôt silencieux. Alors qu’ils permettent, par exemple, à une « culture d’entreprise » d’exister, au bénéfice, non seulement, de ses dirigeants, mais aussi (surtout) de ses salariés. Avantage de la combinaison formation + soft skills : la mobilité, au sein d’une même boite, est ainsi facilitée. Comme chez EDF, l’un des plus gros recruteurs et employeurs de France, qui déploie une politique de formation ambitieuse à l’égard de ses salariés — plus de 4 millions d’heures ont été dispensées, en 2020, et 71 % des collaborateurs d’EDF ont reçu une formation ! “Le développement des compétences est un atout stratégique pour accompagner les salariés dans leurs parcours professionnels et préparer l’avenir de l’entreprise”, souligne Christophe Carval, DRH du groupe EDF.
L’électricien tricolore vient d’ailleurs de lancer, en octobre dernier, une consultation auprès de l’ensemble de ses équipes (« Parlons Formation »), « pour recueillir leurs expériences de ‘‘formés’’ [et] améliorer l’expérience utilisateur de tous les salariés en formation ». Un exemple, pourquoi pas, à suivre. Car plus qu’une contrainte qui pèserait sur le budget d’une entreprise, la formation — obligatoire — est au contraire un vecteur de développement des compétences au service de la promotion de sa compétitivité, estiment Pauline Miranda et Christophe Girard, avocats spécialisés en droit du travail, dans une tribune aux Echos. De manière plus prosaïque, ces derniers de rappeler, à toutes fins utiles, que « l’employeur qui ne forme pas ou peu ses salariés s’expose, en cas de contentieux, à devoir verser au salarié concerné des dommages et intérêts ».

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




© 2019 Revue Passages.
© 2019 Revue Passages.

source

Publié le Laisser un commentaire

'It is healing:' Fargo woman reads books to Facebook audience daily – INFORUM

FARGO — Every day at 2 p.m., Fargo resident Amanda Grant stops everything to read children's books. Her Facebook audience settles in to listen.
Some viewers are grandparents who are babysitting. Others, like Fargo native Erin Baertsch, scroll through Facebook daily to find the book read and the wave from Grant.
"I said (to Grant) that I feel like, 'by you showing up every day, no matter what is going on, and even when it's really hard, that you're are giving us permission to show up, and be real, and truthful, and just authentic,'" Baertsch said.
Grant began doing this at the start of the pandemic, and she has kept it going ever since.
Grant works in sales as her primary work, so she reads from everywhere she happens to be while working, and her employer has given their blessing to it.
"When I am traveling for work, I just use the dash of my car and read from there," Grant said.
For her, the readings have become therapeutic.
"Quite honestly, I know that it brings joy to others, but it really does bring joy to me, especially on the hard days," Grant said.
In the last few months she has lost pets and family — her sister, Kirstin.
"She was a blonde-haired, blue-eyed Nordic queen," Grant said of her sister.
Grant still read to her audience the day of the funeral. Reading to others has become that meaningful.
She has such a following on Facebook Live, people are now dropping off and sending her children's books to keep the videos coming.
"Spreading joy is always a good thing," Grant said.
With a good supply of books, Grant is looking forward to a long winter of reading ahead.
"It's not only the difference to others, but it truly has made a difference to me. I look forward to two o'clock," Grant said.
Visit Amanda Grant's Facebook page to see more of her story videos.

source

Publié le Laisser un commentaire

Amazon, Alphabet, Apple, Tesla, Facebook, Square, Microsoft & JPM Elliott wave analysis [Video] – FXStreet

Tesla (TSLA) Amazon (AMZN) Apple (AAPL) Alphabet (GOOGL) Facebook (FB) Metaverse (META) Microsoft (MSFT) & JPMorgan Chase (JPM) Technical Analysis Elliott Wave Forecast & Day Trading Strategies.
00:00 NASDAQ 100 Elliott Wave Technical Analysis.
04:46 Amazon Elliott Wave Technical Analysis.
13:41 Alphabet Elliott Wave Technical  Analysis.
16:12 Apple Elliott Wave Technical  Analysis.
22:14 Square SQ Elliott Wave Technical  Analysis.
23:25 Facebook Metaverse (META) Elliott Wave Technical  Analysis.
28:47 Tesla Elliott Wave Technical  Analysis.
32:31 Microsoft Elliott Wave Technical  Analysis.
38:00 JPMorgan Chase (JPM) Elliott Wave Analysis.
39:30 Thank you for watching US Stocks Elliott Wave Analysis.
US Stocks Amazon AMZN, Alphabet GOOGL, Apple AAPL, Microsoft MSFT, Facebook FB, Tesla TSLA. Elliott Wave Analysis counts below.
Stocks analysis overview: Risk On for Short Trading.
US Stocks Elliott Wave Analysis: Please Note that these wave count may change as in the video.
Amazon AMZN  Elliott Wave Wave b) of 2 of (5).
Alphabet GOOGL  Elliott Wave Wave  b) of 2 of (5).
Apple AAPL  Elliott Wave  b) of 2 of (5).
Microsoft MSFT  Elliott Wave b) of 2 of (5).
Square SQ Elliott Wave (iv) of v) of y of (4).
Facebook FB Metaverse  Elliott Wave of 3 of (5) Or y of (4).
Tesla TSLA  Elliott Wave  c) of 4 of (5).

As with any investment opportunity there is a risk of making losses on investments that Trading Lounge expresses opinions on.
Historical results are no guarantee of future returns. Some investments are inherently riskier than others. At worst, you could lose your entire investment. TradingLounge™ uses a range of technical analysis tools, software and basic fundamental analysis as well as economic forecasts aimed at minimizing the potential for loss.
The advice we provide through our TradingLounge™ websites and our TradingLounge™ Membership has been prepared without considering your objectives, financial situation or needs. Reliance on such advice, information or data is at your own risk. The decision to trade and the method of trading is for you alone to decide. This information is of a general nature only, so you should, before acting upon any of the information or advice provided by us, consider the appropriateness of the advice considering your own objectives, financial situation or needs. Therefore, you should consult your financial advisor or accountant to determine whether trading in securities and derivatives products is appropriate for you considering your financial circumstances.
EUR/USD trades around 1.1310 after falling to 1.1234 following US Federal Reserve Chair comments on inflation on tapering. EU inflation hit a record high of 4.9% YoY in November.
GBP/USD changed course on sudden dollar's demand, piercing the 1.3200 level for the first time since last December. Fed chief Powell talked about speeding up tapering, sending Wall Street in a selling spiral. 
The Omicron coronavirus variant may reduce the effectiveness of vaccines and treatments. US Federal Reserve Chair Powell talked about speeding up tapering. XAU/USD faltered again around the 1,800 level, may retest November low.
BTC is likely to face some underperformance against the altcoin market. ETH price action pushes higher during the Tuesday trading session, making another attempt at new all-time highs. XRP is close to recovering all of the losses it sustained on Black Friday.
Glued to your trading screen on Cyber Monday? Upgrade your skills by signing up for FXStreet’s Premium service, offered at a discount of up to 50%. Fellow traders have already taken advantage of Black Friday profits. What about you? 
Note: All information on this page is subject to change. The use of this website constitutes acceptance of our user agreement. Please read our privacy policy and legal disclaimer.
Trading foreign exchange on margin carries a high level of risk and may not be suitable for all investors. The high degree of leverage can work against you as well as for you. Before deciding to trade foreign exchange you should carefully consider your investment objectives, level of experience and risk appetite. The possibility exists that you could sustain a loss of some or all of your initial investment and therefore you should not invest money that you cannot afford to lose. You should be aware of all the risks associated with foreign exchange trading and seek advice from an independent financial advisor if you have any doubts.
Opinions expressed at FXStreet are those of the individual authors and do not necessarily represent the opinion of FXStreet or its management. FXStreet has not verified the accuracy or basis-in-fact of any claim or statement made by any independent author: errors and Omissions may occur.Any opinions, news, research, analyses, prices or other information contained on this website, by FXStreet, its employees, partners or contributors, is provided as general market commentary and does not constitute investment advice. FXStreet will not accept liability for any loss or damage, including without limitation to, any loss of profit, which may arise directly or indirectly from use of or reliance on such information.

source

Publié le Laisser un commentaire

Compte personnel de formation (CPF) : une hausse des demandes sans précédent en 2020 – Vie publique.fr

Le nombre de formations obtenues dans le cadre d'un compte personnel de formation (CPF) a presque doublé en 2020. Une étude de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques du ministère du travail (Dares) souligne le rôle du parcours d'achat direct dans cette augmentation.

Par  La Rédaction

Temps de lecture  3 minutes
En 2020, le Compte personnel de formation (CPF) a financé près d’un million de formations à destination des travailleurs et des chômeurs (517 000 en 2019). L’étude de la Dares du 28 octobre 2021 dresse un bilan 2020 très positif sur la progression du dispositif, malgré le ralentissement des entrées en formation lors des confinements.
Pour mémoire, le compte personnel de formation (CPF) a remplacé le Droit individuel à la formation (Dif). Le dispositif, en vigueur depuis 2015, permet à un salarié de suivre une formation qualifiante ou certifiante jusqu’à sa retraite.
L’essor rapide du CPF entre 2019 et 2020 s’explique par la mise en place du « parcours achat direct » PAD) en novembre 2019, selon la Dares. Ce dispositif permet d’accéder directement aux formations sans intermédiaire en utilisant le site Internet Moncompteformation.
L’étude juge le PAD « particulièrement favorable aux femmes (la moitié des inscrits), aux moins de 30 ans et aux plus de 60 ans, aux demandeurs d’emploi (36% des bénéficiaires du CPF en 2020, soit quatre points de plus qu’en 2019 et aux salariés non cadres. »
La Dares souligne que la hausse des dossiers s’est poursuivi au cours du premier semestre 2021, leur nombre a été « équivalent à celui des douze mois précédents« .
Le domaine des transports, manutention et magasinage représente plus d’un quart des formations en CPF (+2,3 points), selon les données de la Dares. À cet égard, 12,8% des entrées en formation sont dédiées à l’obtention du permis B (quatre fois plus qu’en 2019).
Suivent les formations dans les domaines suivants :
Une augmentation particulièrement importante est apparue : les formations en création et reprise d’entreprise ont été multipliées par 11 entre 2019 et 2020.
La Dares note enfin, des délais de formations raccourcis (67 heures en 2020 contre 296 heures en 2016) et des demandes essentiellement faites dans les régions Île-de-France et Sud-Est.
mots-clés :
Nous suivre

source

Publié le Laisser un commentaire

No, Nancy Pelosi didn't buy a $25 million mansion in Florida – PolitiFact

Our only agenda is to publish the truth so you can be an informed participant in democracy.
We need your help.
More Info
A Facebook post claimed House Speaker Nancy Pelosi is moving to Florida after purchasing a $25 million, 11,000-square-foot waterfront mansion.
The post features an image of the mansion the California Democrat purportedly bought.
« Someone doesn’t want to pay exorbitant taxes in her home state she has ruined, » the text on the image reads. « Climate change and global warming thrown out the door. »
A caption with the post claims « even Nancy Pelosi is fleeing California for Florida. »
Similar claims have shown up elsewhere on social media. They’re not true.
The post was flagged as part of Facebook’s efforts to combat false news and misinformation on its News Feed. (Read more about our partnership with Facebook.)
The photo used in the Facebook post comes from a listing of a $25 million mansion in Hobe Sound, Fla. The listing shows that it has a pending offer.
It’s not clear where the claim of Pelosi buying a Florida mansion originated. However, Rep. Marjorie Taylor Greene, R-Ga., claimed on Twitter in early November that Pelosi was on the same flight as her and « went house hunting last week in south Florida. »
Drew Hammill, Pelosi’s deputy chief of staff, said in an email to PolitiFact that the claims made in the posts are not true.
« This is completely false. There’s no such pending sale, nor is the family looking or interested, » he said.
We reached out to the mansion’s listing agent, Elizabeth Bourque, but she did not immediately respond to our request for comment. But Bourque told the South Florida Sun-Sentinel that Pelosi was not the mansion’s buyer.
Pelosi’s most recent financial disclosure report, from August, shows several real estate properties that she and her husband own, but none are located in Florida.
Multiple social media posts have claimed House Speaker Nancy Pelosi is moving to Florida after purchasing a $25 million mansion.
Both Pelosi’s deputy chief of staff and the real estate agent who listed the mansion have said Pelosi is not the buyer.  
We rate this claim False.
Facebook post, Nov. 23, 2021
Twitter post, Nov. 23, 2021
Zillow, 429 S. Beach Road, Hobe Sound, FL, accessed Nov. 29, 2021
Twitter post, Nov. 6, 2021
Email with Drew Hammill, Nov. 26, 2021
South Florida Sun-Sentinel, "No, Nancy Pelosi is not buying an oceanfront mansion in South Florida, despite conservative media reports," Nov. 24, 2021
Office of the Clerk, U.S. House of Representatives – Public Disclosure, House Speaker Nancy Pelosi's Financial Disclosure Report, Aug. 13, 2021
The Principles of the Truth-O-Meter
In a world of wild talk and fake news, help us stand up for the facts. Sign me up
District of Columbia
1100 Connecticut Ave. NW
Suite 1300B

Washington, DC 20036
Florida
801 3rd St. S
St. Petersburg, FL 33701
727-821-9494

source

Publié le Laisser un commentaire

Les ateliers Lu Ban, mécanisme de formation chinois, aident l'Afrique à se doter de grands talents locaux (REPORTAGE) – Centre d'Informations Internet de Chine

Il y a plus de deux mille ans, un grand artisan chinois nommé Lu Ban a inventé une série d’outils efficaces, cristallisant la sagesse des anciens travailleurs chinois.
Le temps passe et le monde change. Aujourd’hui, avec l’esprit et la sagesse d’artisans orientaux, les ateliers Lu Ban s’installent petit à petit en Afrique, pour y renforcer le développement de la formation professionnelle.
Faisant partie des « huit initiatives majeures » avancées en 2018, lors du sommet de Beijing du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA), ils sont devenus des pionniers de la coopération sino-africaine en matière d’enseignement professionnel. Leur existence a consolidé les acquis de la coopération bilatérale et favorisé la formation de talents en Afrique.

FORMATION DES ENSEIGNANTS D’ABORD

« Les ateliers Lu Ban ont pour l’objectif de former systématiquement les enseignants des pays partenaires, pour qu’ils acquièrent d’abord les techniques professionnelles et comprennent les concepts professionnels chinois avancés. Ils les transmettent à leur tour aux étudiants de leur prore pays et forment ainsi de jeunes talents dotés de compétences techniques qui sont nécessaires pour le développement socio-économique local », a déclaré Yang Yan, directeur adjoint du Centre de recherche et de promotion des ateliers Lu Ban à Tianjin.
Le 14 décembre 2019, l’atelier Lu Ban au Kenya, conjointement créé par l’Institut professionnel municipal de Tianjin et l’Université Machakos au Kenya, a ouvert ses portes. Il s’agit du deuxième du genre créé par la Chine en Afrique, après celui de Djibouti.
Selon Li Yan, directeur de l’Institut professionnel municipal de Tianjin, des disciplines telles que l’informatique en nuage et la cybersécurité ont été intégrées au programme d’enseignement de premier cycle du Kenya après la création de cet atelier, comblant donc une lacune du système éducatif du pays.
Peu après l’ouverture de l’atelier, la pandémie de COVID-19 est survenue, sans pour autant que s’interrompe la formation des enseignants. « Avant la pandémie, nous avons invité six enseignants de l’Université Machakos à venir suivre une formation professionnelle axée sur les technologies de routage et de commutation, de stockage, de l’informatique en nuage et de contrôle de l’Internet des objets. A présent, nous communiquons avec eux par Internet », a dit M. Li.
Selon les données fournies par le Centre de recherche et de promotion des ateliers Lu Ban à Tianjin, la Chine a mis en place onze ateliers Lu Ban dans dix pays africains et a formé plus de 200 enseignants africains via des canaux en ligne et en présentiel.

ENSEIGNEMENT DE THEORIE ET DE PRATIQUE

Pour Tabor Tamiru, étudiant à l’Université des sciences et technologies d’Addis-Abeba (AASTU), les expériences précédentes étaient principalement théoriques, mais pas pratiques. « Cet atelier nous offre l’accès à la pratique, il nous fera comprendre pleinement chaque technologie », a-t-il indiqué.
Le 28 avril 2021, l’atelier Lu Ban en Ethiopie, conjointement créé par l’Université de technologie et d’éducation de Tianjin et l’Université technique éthiopienne, a ouvert ses portes.
« Auparavant, nous travaillions avec d’autres machines et ces types de machines avancées n’étaient pas disponibles pour nous, et pour cette raison, la plupart des démonstrations concernant ces technologies avancées ont été principalement apprises par la simulation et des démonstrations en ligne. Mais maintenant, physiquement, nous avons les instruments et la plupart de nos professeurs et de nos étudiants sont équipés de technologies avancées et de compétences du XXIe siècle », s’est félicité le président de l’Université technique éthiopienne, Teshale Berecha.
Du côté des partenaires chinois, un responsable du Bureau des échanges internationaux de l’Université de technologie et d’éducation de Tianjin estime que l’atelier Lu Ban en Ethiopie s’engage à cultiver des talents dans le domaine de l’intelligence artificielle. « Cette cible est en parfaite adéquation avec les besoins locaux de développement socio-économique, et permet de fournir des enseignants professionnels et des talents techniques en la matière aux pays d’Afrique de l’Est », a-t-il ajouté.

INTEGRATION DE LA PRODUCTION ET DE L’EDUCATION

« Notre programme et notre modèle d’enseignement sont personnalisés et systématiquement conçus en fonction des caractéristiques éducatives et des conditions existantes de l’Afrique du Sud, en tenant compte des besoins locaux de l’industrie et en talents », a noté Liu Bin, président de l’Institut professionnel de Tianjin. Moins d’un mois après l’inauguration de l’atelier Lu Ban en Afrique du Sud, près de 100 enseignants et stagiaires ont réalisé des formations pratiques et des projets innovants, attirant près d’un millier de visiteurs.
Le 16 décembre 2019, l’atelier Lu Ban en Afrique du Sud, mis en place conjointement par l’Institut professionnel de Tianjin et l’Université polytechnique de Durban en Afrique du Sud, a été inauguré. Cet atelier, qui dispose de tout l’équipement nécessaire, répond aux besoins pratiques des étudiants.
Même au milieu de la pandémie de COVID-19, l’atelier Lu Ban en Afrique du Sud a également joué un rôle unique. L’équipe du corps professoral de l’Université polytechnique de Durban a utilisé la technologie d’impression 3D apprise en Chine et l’équipement de fabrication additive dans l’atelier pour produire rapidement 8.000 masques de protection, qui ont été distribués gratuitement aux hôpitaux, établissements de soins pour personnes âgées et agences de secours d’urgence locales.
La Chine a travaillé dur pour trouver des moyens de réduire la pauvreté et de créer des emplois en Afrique. L’atelier Lu Ban en Afrique du Sud devrait devenir un moyen efficace pour les jeunes sud-africains d’acquérir des compétences et fournir davantage de talents de qualité aux projets de coopération entre les deux pays.





source

Publié le Laisser un commentaire

Préparateur de voilier de course, un métier dans le vent – La Croix

Vous êtes connecté(e) automatiquement pour 24h
Connexion permanente sécurisée
Votre mot de passe doit comporter au moins 6 caractères, sans espace.
Explication
Avec l’expansion de la course au large, et celle de la grande plaisance sur l’ensemble du littoral français, les préparateurs de voiliers ont un bel avenir.
Lecture en 2 min.
Préparateur de voilier de course, un métier dans le vent
Un Class40 au départ de la 15e Transat Jacques Vabre, le 7 novembre.
Pierre Bouras/DPPI via AFP
Dans une ancienne vie, Jérôme Solem, 41 ans, était ingénieur dans le secteur du BTP. Mais un jour de 2012, il a eu envie de tout quitter. Cap sur les Antilles en bateau. D’abord pour se ressourcer, puis pour se lancer dans un nouveau métier : préparateur de voiliers de course. « Je peux choisir les équipes avec lesquelles je collabore, dit-il. Je ne roule pas sur l’or, mais j’organise mon agenda en autonomie. »
Avec l’expansion de la course au large, et celle de la grande plaisance sur l’ensemble du littoral français, cette profession a désormais le vent en poupe. Comme Jérôme Solem, les premiers préparateurs de voiliers étaient souvent des passionnés de la mer, qui se formaient sur le tas. Il n’existait aucune formation.
Il y a cinq ans, Lorient Grand Large, l’association d’animation du pôle « course au large » de ce port du Morbihan, et l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa), ont imaginé la première formation spécifique, pour répondre aux besoins des sociétés de course au large et des loueurs de bateaux en France. Depuis, 58 stagiaires ont acquis les compétences, très variées, de préparateur de voiliers de course : accastillage, matelotage, mécanique, hydraulique, électricité, gestion de projet, sécurité en mer, anglais…
S’ajoute à ces modules l’acquisition d’un diplôme de plongée de niveau B0, indispensable pour aller entretenir sous l’eau la carène des navires. La cinquième formation de préparateurs de voiliers de course et grande plaisance s’est achevée en juin 2021 à Lorient.
« Au début, nous avons un peu tâtonné pour rassembler tous les modules nécessaires mais aujourd’hui, cette formation répond aux attentes des professionnels, qu’ils soient du milieu de la course ou de la grande plaisance », souligne Patrice Le Guedes, directeur de l’AFPA d’Auray, dans le Morbihan. La dernière formation, parrainée par le skippeur Yves Le Blevec, du Team Actual, a réuni douze stagiaires de 21 à 56 ans. Dont Quentin Béal. « Pour moi, cette formation a été un véritable tremplin pour réaliser ce que je rêvais de faire depuis tout petit », dit-il.
→ A LIRE. Cinq géants volants et fragiles sur la Transat Jacques-Vabre
Du côté de la région Bretagne et de Pôle emploi, cofinanceurs du dispositif, on se félicite du taux d’insertion professionnelle : 90 % des stagiaires ont trouvé un emploi, en CDD ou en auto-entreprenariat, un statut fréquent dans le secteur nautique. La prochaine session de formation de préparateur de voiliers de courses démarrera le 7 mars 2022. Le nombre de candidats, en augmentation croissante à mesure de la réussite de cette action, devrait conduire l’Afpa à opérer une sélection parmi les candidats venant de toute la France.
Franck Cammas et Charles Caudrelier ont franchi la ligne en Martinique à 10 h 16, heure locale
Economie et entreprises
Aux États-Unis, le Nasdaq impose ses règles sur la diversité
Pierre & Vacances se bat pour sa survie
Achats en ligne : les points à vérifier avant d’acheter sur un site peu connu
« La stratégie d’inclusion doit atteindre le sommet des organisations »
Diversité : les entreprises changent de tête
Eramet fournira une partie des besoins en lithium de l’Europe
Le métavers, nouvel eldorado de la Silicon Valley
Le métavers, un univers de pixels pour une pollution bien réelle
Un rebond prudent pour les compagnies aériennes

source